Lignes malades : les mesures RFF/SNCF

Après avoir dévoilé fin janvier les conclusions de son audit entamé une année auparavant sur les « lignes malades », dont deux en Rhône-Alpes (Lyon-Ambérieu et Lyon-Grenoble), la SNCF a présenté vendredi 17 février, avec RFF, les solutions qu’elle envisage pour ces lignes aux association d’usagers.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les usagers vont devoir encore prendre leur mal en patience. Pour l’axe Lyon-Grenoble, seul un renouvellement des voies et du ballast est programmé d’ici à 2015. Il est également évoqué de rendre terminus Vénissieux des TER, afin de désengorger l’arrivée dans Lyon (peu probable tout de même…). La ligne d’Ambérieu, quant à elle, est un peu mieux lotie, puisqu’outre la rénovation des voies et du ballast là aussi, il est prévu d’étudier la suppression du PN de La Valbonne (gardé manuellement et source de problèmes) et la création d’un évitement à Montluel dans le sens Ambérieu-Lyon (où une passerelle doit être bientôt installée en gare). Le motant total des investissements doit se monter à 250 millions d’euros.

Sauf que, une fois ces solutions énoncées, on se rend vite compte que le compte n’y est pas ! Sachant que le RVB (Renouvellement Voie Ballast) d’un seul kilomètre de voie coûte aux alentours de 1 million d’euros, et qu’il y a 130 kilomètres de Lyon à Grenoble et 55 jusqu’Ambérieu, le calcul est simple et vite fait… En plus, un RVB entre Lyon et Ambérieu déjà eu lieu sur plusieurs années au début des années 2000. En outre, changer la voie ne résout en rien le problème de saturation du trafic et d’engorgement à l’arrivée à Lyon. L’évitement de Montluel pourra apporter une souplesse dans l’exploitation, mais n’est en rien comparable à la création d’IPCS (Installations Permanentes de Contre Sens), qui elles permettent une bien meilleure gestion du trafic en cas de panne ou d’incident, que ce soit sur Ambérieu ou sur Grenoble d’ailleurs. Mais le prix n’est pas forcément le même non plus, a fortiori en cette période de crise et de déficits… Ces mêmes IPCS qui ont été installées l’année dernière sur la section Bourg en Bresse-Ambérieu (pour boucler la ligne de la Bressse dédiée au Fret), les voyageurs des TER des lignes d’Ambérieu et de Grenoble seraient bien heureux de pouvoir, eux aussi, en profiter. En attendant leur hypothétique installation et le lancement du CFAL (Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise), ils vont bien devoir prendre leur mal en patience…