Ouigo ressuscite les Intercités Eco

Vous vous souvenez peut-être du projet OSLO, dont on avait parlé ici il y a quelques mois ? On vient justement d’en apprendre plus à son sujet, et son avenir s’appelle… Ouigo !

SNCF a en effet annoncé jeudi 23 septembre qu’elle allait lancer un nouveau type de relations, baptisé Ouigo Vitesse Classique, qui va relier, dès le printemps 2022, Paris à Nantes et Lyon via ligne classique. La grande surprise, c’est que ce ne sont pas leurs rames TGV qui seront en charge de ces trains, mais des rames tractées en Corail et (très probablement) des BB 22200, qui seront, pour l’occasion, redécorées en rose et bleu (les mêmes couleurs que les rames TGV, mais inversées) ! Vous pouvez retrouver le communiqué de presse SNCF à cette adresse.

Sur Paris-Lyon, la desserte quotidienne sera constituée sur 2 AR quotidiens sur la base des horaires suivants (horaires théoriques à date) :

  • Lyon Perrache 6h03 – Mâcon 6h41 – Chalon-sur-Saône 7h17 – Dijon Ville 8h15 – Melun 10h23 – Villeneuve-Saint-Georges 10h42 – Paris Bercy 10h53
  • Lyon Perrache 18h10 – Mâcon 18h56 – Chalon-sur-Saône 19h43 – Dijon Ville 20h28 – Melun 22h36 – Paris Austerlitz 23h13
  • Paris Bercy 12h02 – Villeneuve-Saint-Georges 12h18 – Melun 12h37 – Dijon Ville 15h07 – Chalon-sur-Saône 15h43 – Mâcon 16h14 – Lyon Perrache 17h04
  • Paris Bercy 18h16 – Melun 18h46 – Dijon Ville 21h05 – Chalon-sur-Saône 21h49 – Mâcon 22h20 – Lyon Perrache 23h00

Comme dans l’ébauche du projet OSLO, la gare de Lyon Part Dieu ne sera donc pas desservie, sans doute pour des questions de coût du stationnement et d’insertion dans le graphique des circulations. OSLO sera d’ailleurs le nom de la filiale dédiée à ces nouvelles circulations, qui devrait regrouper environ 80 agents.

Si on examine les horaires prévus, on se rend que, si l’aller-retour dans la journée est possible dans le sens Lyon>Paris, il est strictement impossible en sens inverse, la première rotation au départ de Paris ne quitte la capitale qu’en mi-journée. Ce sera probablement la rame qui aura effectué le trajet Lyon-Paris de matinée qui servira ensuite à effectuer la rotation de sens inverse. La logique de rotation des rames à flux quasi tendu prend ici le pas sur la logique commerciale… De même, l’horaire de départ du matin à Lyon Perrache ainsi que l’heure d’arrivée de la seconde rotation dans cette même gare enlève quasi tout espoir de correspondance pour les voyageurs extérieurs à l’agglomération lyonnaise. Une source de trafic non négligeable pour remplir les trains et alimenter les caisses de la filiale.

De même, les horaires envisagés dans le sens Lyon>Paris rentrent en concurrence frontale avec les TER Auvergne-Rhône-Alpes entre Lyon et Dijon : Ouigo départ 6h03 de Perrache vs TER 17800 départ Perrache 6h05 ; Ouigo départ 18h10 de Perrache vs TER 17814 départ Part Dieu 18h16. D’aucuns pourront trouver surprenante l’absence de réaction de la région AURA et de son président par rapport à un tel positionnement frontal face aux TER qu’ils financent… Dans le sens inverse, la concurrence est certes moins frontale, la liaison de 12h02 venant combler un trou de 6h entre le train direct de 7h36 et celui de 13h33 ; la seconde relation part, quant à elle, après le dernier départ de Paris Bercy pour Lyon ( 17h27 en semaine, 17h33 les dimanches et fêtes).

Niveau matériel, on repart donc avec les rames Corail et les BB 22200 quadragénaires. Les voitures seront certes réaménagées intérieurement (aménagement en 2+2 comme actuellement ou en 3+2 comme dans les TGV Ouigo ?), un service de vente ambulante est également prévu, mais on reste sur un matériel en fin de vie, dont la fiabilité ne va pas en s’améliorant (jetez un oeil sur la relation Paris-Clermont-Ferrand et ses fréquentes vicissitudes…). Mais, à part vers ce matériel, vers quels engins moteurs et matériel remorqué Ouigo pouvait-il se tourner pour pouvoir lancer son offre aussi rapidement (que celui qui a dit « les X 72500 Railcoop » au fond de la salle prenne immédiatement la porte :p ) ?

Niveau offre tarifaire, on reste sur les mêmes standards que l’offre Ouigo Grande Vitesse : prix bas garantis, prix minimum de 10€ et prix maximum de 30€ (prix maximum garanti, on dirait que l’explosion des tarifs Ouigo TGV en heures de pointe sur les relations les plus demandées a fait réagir en haut lieu), prix enfant fixe à 5€, et les fameuses options si chères au modèle Ouigo et à celui de l’aérien low-cost : option vélo à 5 ou 10€ selon si votre cycle voyage démonté dans une housse ou non, option bagage supplémentaire elle-aussi à 5€ (mais gratuite et offerte au lancement de l’offre, comme quoi…). Pas d’option Wi-Fi prévue par contre, les voitures Corail n’étant pas équipées. Le communiqué de presse ne précise pas non plus si l’option pour choisir sa place sera également proposée dans l’offre Ouigo Vitesse Classique. La vente des billets se fera, comme pour l’offre Grande Vitesse, uniquement en ligne.

Quel sera le taux de remplissage de ces relations ? Pourront-elles durer plus longtemps que feu les Intercités Eco entre Paris, Lyon et Grenoble ? Ce modèle pourrait-il s’étendre à d’autres relations autour de Lyon (vers le sud ou le nord-est) ? Il faudra attendre 2022 pour espérer avoir des débuts de réponse !