Les Régiolis Bourgogne-Franche-Comté arrivent sur Dijon-Lyon

Décidé en 2019 par la région Bourgogne-Franche-Comté, le remplacement du parc de voitures Corail et des BB 7200, qui circulent actuellement entre Paris, Dijon et Lyon, se matérialise concrètement sur le terrain, puisque les premières rames Régiolis à 6 caisses ont entamé fin juin leurs premières circulations commerciales entre la capitale bourguignonne et la Capitale des Gaules.

Prénommés Z 54500, les 22 éléments commandés par la région BFC, dont les premières rames ont été livrées fin avril 2022, sont donc composés de 6 caisses, pour une longueur totale de 110 mètres et une capacité d’emport de 360 voyageurs. Après une période de formation des conducteurs et contrôleurs d’environ 2 mois, ces rames sont donc entrées en service commercial le 27 juin dernier, tout d’abord sur un unique aller-retour Dijon-Lyon Part Dieu. Puis, début juillet, les choses se sont accélérées, puisque ce sont désormais pas moins d’une dizaine de TER qui sont opérés par ces nouvelles rames, qui montent désormais jusque Laroche-Migennes et Paris-Bercy.

Pour l’heure, 10 rames ont déjà été livrées sur les 22 commandées au total par la région BFC. Au fur et à mesure des livraisons, la liste des TER opérés en Z 54500 ne fera que s’allonger, jusqu’à remplacer complètement les vénérables rames Corail et BB 7200, dont l’extinction définitive est programmée courant 2024 (tout comme le petit parc de voitures V2N qui tourne uniquement entre Paris et Laroche). Niveau aménagement intérieur, ces nouvelles rames Régiolis sont en configuration Intervilles, avec 6 portes par côté et une capacité équivalente à environ 4 voitures Corail. Les circulations en UM2 (voire en UM3 en pointe) seront donc obligatoires pour avoir une capacité équivalente aux compositions à 8 ou 9 Corail qui circulent actuellement sur cet axe. Autant dire que le moindre souci matériel entraînera inévitablement des circulations en US, ce qui, au vu de la fréquentation actuelle des trains, ne pourra pas passer. Il va donc falloir espérer que ce matériel tienne bien le coup, ou que la région BFC recommande des éléments auprès d’Alstom, sans quoi les associations de voyageurs ne manqueront pas de se manifester et de faire la comparaison avec les voitures Corail qui, si elles sont dépassées niveau accessibilité et dont le confort accuse fatalement le poids des ans, continuent pour encore 2 petites années à offrir une capacité acceptable pour les nombreux voyageurs de l’axe majeur de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Après avoir assuré en solo le TER 17801 depuis Dijon, la Z 54521 part se garer au faisceau des Brotteaux, avant de repartir direction Paris en milieu de journée. Une belle illustration des problèmes de capacité induits par les circulations en US sur cet axe.

Sources :